Elle et l’infini

L’HISTOIRE VÉRIDIQUE D’UNE FEMME QUI N’EXISTE PAS.

équationsUN BIOPIC : L’histoire d’une mathématicienne. On ne sait pas laquelle : Sophie Germain ? Ada Lovelace ? Sofia Kovalevskaia ? Non. Les narrateurs se disputent : doit-on rendre hommage aux Grandes Femmes oubliées par l’Histoire des sciences ou parler d’une femme banale, normale, une mathématicienne comme il en existe des milliers ?

A travers tous les visages évoqués, l’histoire cherche les impondérables : comment une enfant tombe amoureuse des mathématiques, comment une adolescente impose cet amour interdit à ses parents, comment une jeune femme ose se lancer dans l’étude des mathématiques, comment cherche une chercheuse, comment transmettre…

ÉCRITURE : L’impulsion d’Elle et l’infini a été donnée par un travail d’interviews de Véronique Chauveau : dans le cadre de l’association Femmes et mathématiques, elle a rencontré des mathématiciennes et leur a demandé ce qui les avait menées à ce métier, ce qu’elles faisaient concrètement et ce qu’elles conseilleraient aux jeunes filles attirées par les métiers des maths. Il s’agissait de montrer aux jeunes les visages des mathématiciennes, nous avons proposé de leur donner corps.

Par un jeu de collage, nous avons mêlé à ces témoignages des références aux grandes figures féminines des mathématiques (dont Sofia Kovalevskaia dont l’histoire est racontée dans la nouvelle Trop de bonheur, d’Alice Murno), et des expériences sensorielles décrites dans Du côté des mathématiciennes, publié par Femmes et mathématiques.

MISE EN SCÈNE : Elle et l’infini est écrite pour deux comédiennes et un comédien-guitariste. L’espace scénique est dessiné au centre des spectateurs : la représentation est un espace de débat, de combat et d’invention. Toutes les « ficelles » sont montrées : l’actrice est désignée pour incarner un personnage, les changements de costumes sont à vue, l’écriture peut être raturée… le public est témoin et complice de la construction dramatique.


PUBLIC

Elle et l’infini s’adresse aux adolescents et aux adultes. Une jauge maximale de 90 spectateurs pour le collège, et de 120 pour le lycée est recommandée.

ESPACE SCÉNIQUE

Un espace de jeu de 5m x 5m autour duquel les spectateurs sont installés sur trois côtés. Si cette condition n’est pas réalisable, vous pouvez nous contacter pour vérifier les possibilités d’adaptation de notre travail à votre espace.

DURÉE

La pièce dure environ 30 minutes. Elle peut être suivie d’une rencontre-débat avec l’équipe artistique.


Une pièce d’Émilie Lambert et Cyril Vernet

Mise en scène : Émilie Lambert et Cyril Vernet

Jeu : Anne Puisais, Xavier Guerlin et Émilie Lambert

Une réalisation LAPS/équipe du matin avec le soutien de Femmes et Mathématiques


→ dates passées et à venir  hublot

→ pour nous contacter          logo

Laisser un commentaire